Ces 12 vérités que vous avez du mal à entendre

Hi 🙂

En tant que Personal Trainer, on se doit d’accompagner, de conseiller et d’orienter judicieusement chaque client, toujours avec un maximum d’honnêteté. Mais parfois, on rencontre quelques difficultés à faire passer cette vérité, que certains ont du mal à entendre. A cause d’idées reçues, par désinformation par manque d’informations. 

Voici 12 vérités que nous nous obstinons à vous répéter, même si vous aimeriez parfois nous entendre dire le contraire.

Clélia_My Training Diary

1/ « Cela va demander du temps »

Certaines personnes aimeraient atteindre leur objectif en un claquement de doigts, mais ce n’est malheureusement pas le cas. Il faut du temps pour constater des progrès et habituer le corps à l’effort. C’est souvent dur à faire comprendre aux personnes trop impatientes, qui aimeraient voir apparaître des abdominaux saillants ou un fessier ultra sculpté après seulement 10/15 jours de sport. Rappelez-vous que la règle n°1 pour atteindre ses objectifs, c’est d’être régulier.

Aucun besoin donc de vous entraîner 3h par jour, 7 jours sur 7 pendant 2 semaines et de vous lancer dans un régime drastique (oui, même celui adopté par toutes les stars à Hollywood) car vous risquez de renoncer plus vite que prévu. 

2/ « Ne te fie pas qu’à la balance »
Celle-ci est extrêmement dure à faire comprendre. Après tout, depuis que vous êtes petit(e), la balance est votre repère. Votre médecin l’utilise et c’est quand même la référence pour calculer l’IMC. Je ne dis pas que la balance doit absolument disparaître de votre vie, mais il faut apprendre à prendre du recul sur votre poids. La vraie question à se poser ne sera plus: « ai-je pris du poids? » mais « ai-je pris du gras? ». En effet, en vous entraînant régulièrement, vous transformez la masse graisseuse en masse musculaire, qui est plus dense et moins volumineuse que la graisse. En bref, si le poids ne change pas, le corps lui s’affine et se sculpte puisque le taux de masse graisseuse aura diminué. Pour connaître sa composition corporelle (son pourcentage de masse graisseuse vs masse musculaire), on peut utiliser une balance avec impédancemètre ou une pince à plis cutanés.
 
3/ « Tu n’as pas besoin de longues séries de crunchs pour travailler les abdominaux »
 
On m’a déjà demandé pourquoi je ne faisais pas un gros focus abdominaux lors de mes coachings. En effet, je ne termine jamais mes séances par 10 minutes non-stop d’abdominaux, car je trouve ça simplement inutile et parfois même dangereux. Certains clients ont les psoas déjà trop actifs et les fameux sit ups ne feront que les raccourcir davantage. D’autres personnes ont les muscles du cou trop faibles et ressentent avant tout des douleurs à la nuque dès qu’il s’agit de décoller les omoplates. 
 
Il faut savoir que les abdominaux sont avant tout des muscles stabilisateurs: ils travaillent constamment pour maintenir notre corps droit. On engage les abdominaux dès que l’on soulève une charge par exemple. Je préfère donc privilégier des exercices de gainage ou utiliser des outils comme le ViPR, le Swissball, les Medecine balls ou le TRX qui permettent de créer tout un tas d’exercices plus sûrs pour le corps et tout aussi efficaces.
 

Pretty & Strong can work together. #MyTrainingDiary #training #workout #TRX #planetfitnessfrance #plank #CoreTraining #fitness #strongbody

Une publication partagée par Clélia / My training diary (@trainingdiaryblog) le

4/ « Fais-moi confiance et charge »
 
Ce n’est pas quelque chose que j’ai besoin de dire aux hommes, mais plutôt aux femmes, qui ont peur de prendre de la masse. D’avoir des gros bras, ou des grosses cuisses. De devenir trop carrée. A cela je réponds: « non, tu n’auras pas les mêmes bras que moi en utilisant des haltères de 3kg, je te rassure ». Ce qui fait souvent rire 😉 Utiliser une charge (adaptée) permet de rendre l’entraînement plus intense et donc plus efficace. On ressent mieux la contrainte d’un exercice, on impose plus de stress au muscle, et les résultats ne deviennent que plus visibles. Bien sûr, il y a une différence entre soulever une barre de 30kg et utiliser une paire d’haltères de 2 à 4kg. Et je continue systématiquement de le répéter pendant mes cours ou mes séances. 
 
5/ « Le cardio n’est pas une option »
 
Combien de fois m’a-t-on dit « je voudrais juste renforcer mon corps, mais pas faire de cardio » ou encore « j’évite le cardio pour ne pas sécher ». Ici encore, il faut trouver un juste milieu entre 4 séances de HIIT ou de la course à pied, et un peu d’exercices cardio dans une séance de sport. Je rappelle systématiquement à mes clients que le cardio permet avant tout de muscler le coeur et donc d’être en bonne condition physique. Qui refuserait de ne pas avoir le souffle court après avoir monté 4 étages ou après avoir couru pour attraper le métro? Donc travaillez régulièrement votre cardio, et si vous avez besoin de conseils pour débuter, je vous conseille de relire cet article 🙂
 
 6/ « Cela demande des efforts et un réel investissement, sur tous les plans »
 
Je mentirais en disant que le sport (et le mode de vie sain qui va avec) ne coûte rien, surtout si on vise des objectifs précis. Il faut acheter un bon équipement pour s’entraîner dans de bonnes conditions, s’inscrire dans une salle de sport ou être suivi par un professionnel, qu’il s’agisse d’un coach ou d’un nutritionniste, ou encore acheter des produits frais et de préférence bio. Tout cela a un coût financier et mieux vaut provisionner ce budget dès le départ si on veut mettre toutes les chances de son côté. 
 
7/ « Non il n’y a pas de potions magiques »
 
A tous ceux et celles qui tentent le « il faut vraiment que j’arrête les pizzas et le nutella? », bien essayé! Mais désolée, je n’ai pas de potion magique pour devenir fort et musclé, mais je vous tiens au courant si j’en trouve une, c’est promis!
 
8/ « Oui, tu as progressé »
 
Difficile pour certains de prendre du recul et de voir des progrès concrets, surtout les premiers mois. C’est sûrement une des principales difficultés que je rencontre avec mes clients au début de notre collaboration. Ils doutent d’eux-mêmes, ou aimeraient passer de l’étape A à l’étape Z sans franchir toutes les étapes intermédiaires. Mon rôle est aussi de leur rappeler toutes ces petites victoires qui montrent concrètement la progression: une parfaite technique, un meilleur cardio ou une meilleure résistance, des muscles plus dessinés,… Consacrez-vous pleinement et soyez un peu patients, il n’y a pas de raisons que les résultats ne pointent pas le bout de leur nez.
 
9/ « Allez, encore une dernière série »
Celle-ci fait mal à entendre, je sais. Et je vois souvent dans votre regard un mélange de désespoir et de colère quand je prononce cette phrase. Mais croyez-moi, c’est pour vous que je le fais 😉
 
10/ « Tu ne pourras pas totalement transformer ton corps »
 
J’ai moi-même mis du temps à l’accepter: je n’aurai jamais le corps de Kelly Minogue ou les longues jambes d’Angelina Jolie. Malgré tout le sport que je peux faire, je serai toujours naturellement carrée. Cela ne m’empêche pas pour autant de sculpter mon corps et d’avoir des muscles dessinées. Le sport peut changer le physique d’une personne, le rendre plus « fit » ou lui faire prendre de la masse musculaire, mais ne cherchez pas à atteindre l’opposé de ce que vous êtes. Même le meilleur des Personal Trainers ne pourra pas vous aider là-dessus. Alors acceptez votre corps comme il est aujourd’hui et impliquez-vous au quotidien pour le rendre encore meilleur demain.
 
11/ « Ce sont de fausses excuses »
 
« Oui, j’étais censée aller courir, mais j’avais mal au crâne au travail, j’ai préféré rentrer chez moi ». « J’avais vraiment trop de boulot pour faire ma séance. » « Je suis vraiment désolée, mais je préfère ne pas m’entraîner aujourd’hui, j’ai un gros coup de fatigue. » Tout cela sonne dans ma tête comme un buzzer qui détecte les fausses excuses. Je ne dis pas que l’on ment, mais on se trouve des raisons pour ne pas y aller. Si vous vous sentez fatigué, on peut ajuster l’entraînement pour le rendre moins intense. Si vous avez trop de boulot, dîtes-vous que vous avez 5 jours par semaine pour vous y consacrer. J’essaie aussi parfois de me trouver des excuses, rassurez-vous. Mais je sais l’admettre et me mettre un coup de pied aux fesses pour me bouger. Et je vous assure que je ressors systématiquement défoulée et sereine de l’entraînement.
 
12/ « Ce n’est pas parce que tu n’as pas de courbatures que l’entraînement n’était pas efficace »
 
Quand on reprend le sport, les courbatures sont systématiques. Pas un lendemain d’entraînement sans peiner à monter les escaliers, à s’asseoir sur une chaise ou à enfiler sa veste. Mais à force, le corps s’habitue à l’effort et les courbatures se font rares. Pour certains, c’est un vrai problème car ils ont l’impression que leur entraînement n’est plus aussi intense qu’avant. Pourtant rien n’a changé, vous êtes juste devenus meilleurs (et oui, tout simplement). Bien sûr, on pourra challenger l’entraînement par la suite, en bousculant les habitudes (nouveaux exercices, nouveaux accessoires, charge plus importante, volume d’entraînement global pour important…). Et à certains moments, vous constaterez que les courbatures sont bel et bien de retour. 

C.