Mon année 2017, sans filtres

Hi 🙂

L’année 2017 touche bientôt à sa fin et comme le veut la tradition : il est temps de dresser le bilan. Se souvenir des bons moments comme des moins bons, pour tirer des leçons de la vie et continuer d’avancer. Mon année 2017 aura été remplie de sport (« rien d’étonnant » direz-vous), de projets professionnels et de voyages qui m’ont permis d’explorer, mais aussi de prendre du recul. Pendant longtemps, j’avais carburé au « Work Hard » en me fixant toujours de nouveaux défis que j’enchaînais. La formation, la websérie, le marathon, le City Guide, le début du Crossfit, le 2ème marathon, le 2ème City Guide… J’avais fini par me consacrer à 200% au sport, au blog, aux coachings (et aux missions de freelance en parallèle). Et finalement, à m’isoler. Je n’avais plus le temps pour le reste, ou du moins, je ne le prenais plus. Jusqu’au moment où la vie m’a rattrapée pour me faire ouvrir les yeux sur ce « trop plein » de tout.

clelia_mytrainingdiary

Il m’aura fallu plusieurs avertissements pour le comprendre. Les premiers auront bien sûr été ceux de mon entourage qui me disaient de ralentir. « Ils ne peuvent pas comprendre », « ils m’en veulent d’être aussi passionnée ». Je voyais leurs remarques comme une forme d’incompréhension alors qu’eux voulaient simplement rester dans ma vie. Il m’aura fallu attendre la blessure pour vraiment ouvrir les yeux. A quelques jours du semi-marathon de Barcelone en février dernier, j’ai commencé à avoir mal au niveau de la fesse gauche (hello piriforme !). La douleur s’est intensifiée pendant la course, que j’ai fini non sans peine. Etait-ce dû aux entraînements intenses et au manque de récupération ? Ou bien au manque de sommeil et à ce stress du quotidien qu’on préfère ignorer ? Et pour ne rien arranger, j’ai décidé de ne pas rester sur une note négative et de me surpasser pendant les Opens de Crossfit. Et là, ce sont les lombaires qui n’ont pas apprécié.

Ces douleurs, je les ai traînées pendant plusieurs mois, et il m’arrive encore de les avoir quand j’ai trop forcé ou que je suis particulièrement fatiguée.

En mars dernier, direction la Martinique pour un break de 10 jours entre amis, en Martinique. J’ai réalisé à quel point ces moments simples m’avaient manqué. Passer du temps entre amis, rire de tout et de rien, se vider la tête…

A mon retour, j’ai compris que je ne pouvais pas continuer à suivre ce rythme infernal que je m’imposais. J’avais besoin de plus de bienveillance envers moi-même. « Qui veut voyager loin ménage sa monture », c’est sûrement ça ma grande leçon de l’année 2017. J’ai donc revu ma façon de m’entraîner : charger moins mais privilégier la technique au Crossfit ; intégrer une séance de yoga minimum par semaine pour prendre le temps de s’étirer efficacement ; prendre des séances avec un kiné et appliquer ses conseils à la lettre. Mais à côté, la charge de travail ne diminuait pas et je continuais d’être stressée : jongler entre le coaching, les missions de freelance et les projets du blog me donnaient l’impression de vivre avec une To Do List dans la main et de côcher constamment les cases. Le soir, je me couchais en pensant à tout ce que je devais faire le lendemain et je ne trouvais pas le sommeil tellement mon cerveau cogitait (et mon cœur s’emballait). L’angoisse !

Finalement, il m’aura fallu ce gros roadtrip de 4 semaines avec mes parents et ma moitié, à parcourir New York, Boston, Montréal et la Martinique pour lâcher prise. Je n’ai pas attendu longtemps pour me livrer à cœur ouvert sur cette pression que je m’impose et qui me bouffe. J’ai pris du recul, j’ai craqué et j’ai compris que, si je ne réagissais pas et si je continuais à foncer tête baissée, j’allais perdre la relation qui constituait ma base et mon équilibre depuis plusieurs années. Pendant ces vacances, il y a eu des longues discussions et beaucoup de remise en question sur le tournant que je voulais donner à ma vie. Vivre à 300 à l’heure, c’est bien mais c’est fatiguant à la longue. Bien sûr, je suis passionnée et j’ai de l’ambition, mais je dois apprendre à calmer le jeu et à vivre aussi tous ces autres moments précieux du quotidien.

Depuis mon retour mi-juillet, la vie semble tellement plus simple. J’ai appris à garder du temps pour moi / nous, je savoure les jours de repos sportif et j’en profite pour faire autre chose que du sport. Je veille à mon état physique et repère quand mon corps a besoin de repos. Je prête attention à mon niveau de stress et réagis avant qu’il ne soit trop tard. Je prends le temps pour les autres, pour aider comme je le peux, pour papoter et apprendre à mieux connaître les personnes qui m’entourent.

clelia_mytrainingdiary

C’est sûrement pour tout cela que les meilleurs moments de mon année 2017 sont tous concentrés sur le second semestre :

  • Mon passage sur RMC (ma famille n’a jamais été aussi fière ahah)

  • L’aboutissement de mon projet Training Beats, un concept qui mixe Training et Electro, en collaboration avec mes amis DJ du collectif Into The Deep

  • Des performances de fou et l’arrivée tant attendue des Kipping Pullups, Toes to Bar, montées de corde qui m’handicapaient au Crossfit

  • La course Paris-Versailles et la préparation auprès d’une équipe de filles au top : elles m’ont permis de reprendre plaisir (et confiance) à courir

  • La signature d’un contrat d’édition avec Amphora pour mes guides My Training Trip, qui sortiront partout en France et dans les pays francophones en septembre 2018

  • Le « Boxing Day », cet incroyable événement mis en place par Chez Simone et Adidas auquel j’ai participé auprès de superbes coachs

NO FAILURES, NO SUCCESS SI je m’implique autant à vous encourager et à vous « pousser », c’est que je sais tout le courage que cela demande. On a parfois l’impression (moi la première) que l’on n’y arrivera jamais, que l’on fait ça pour rien, que ce n’est pas pour nous. On râle, on grogne, on se compare aux autres… mais il ne faut pas laisser tomber et il faut croire en nous. Alors entourez-vous de personnes qui sauront vous motiver et vous dire que vous en êtes capables. Prenez leurs mots de soutien et leurs précieux conseils pour avancer. Et surtout, restez bienveillants envers vous-mêmes en constatant tout le chemin parcouru et les petits progrès au fil des semaines. Si j’écris ce mot ce soir, c’est que l’entraînement du jour n’aura pas été facile. Je l’ai détesté et je me suis détestée de ne pas pouvoir faire mieux. Mais il faut bien ces moments d’échec pour se forger un mental et développer sa détermination 💪 Bon courage à tous, croyez en vous! 📸 @caoquanphotographer #mytrainingdiary #believeinyou #training #workout #heretocreate

A post shared by Clélia – My training diary (@trainingdiaryblog) on

Je suis fière de pouvoir publier cet article aujourd’hui car cela n’a pas été tous les jours facile cette année. Je ne voulais pas me livrer trop tôt et surtout, je n’avais pas le recul nécessaire pour le faire correctement. Mais je tenais à vous remercier pour tout ce que vous m’apportez au quotidien : vos messages sont toujours d’incroyables sources de motivation et sans eux, je n’aurais pas cette énergie d’entreprendre comme je le fais.

 

Belle fin d’année à tous et passez de magnifiques fêtes en famille

 

C.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer