Carnet de voyage : My Training Diary en Thaïlande

Hi 🙂

Comme vous avez pu le constater via la page Facebook de My Training Diary, j’ai dernièrement passé 2 (magnifiques) semaines en Thaïlande. J’y ai fait le plein de soleil, de plage, (de riz et de nouilles aussi), mais sans pour autant délaisser le Training. Certains estiment que les vacances sont exclusivement faîtes pour se reposer, mais pour moi, c’est aussi l’occasion de m’entraîner dans d’autres cadres, et pas des moins paradisiaques ! Je vous livre donc dans cet article le récit de mes derniers entraînements étape par étape, à Bangkok, à Phuket ou encore dans les îles

photo1

1er stop du séjour : Bangkok. Très grande ville, beaucoup de bruit et de trafic. L’air est assez oppressant (et c’est une parisienne qui vous le dit, alors je vous laisse imaginer…) : on sent la pollution dans le centre-ville, surtout quand le thermomètre monte à 35 degrés.

photo2

J’envisageais à la base une sortie running de 10km dans la ville, mais j’ai vite changé d’avis. A la place, j’ai eu la chance de m’entraîner au Fitness Center de l’appartement où nous restions, niché au 37ème étage. Tapis de course, bancs de musculation, swissball et surtout, à mon plus grand bonheur, un TRX suspendu au plafond !

photo3

Il faut croire que le TRX est largement plus adopté à l’étranger qu’en France, car on en trouve encore assez rarement chez nous à disposition dans les salles en dehors des cours. Au réveil, j’ai donc fait une session de 40 minutes avec un travail des bras, des cuisses et des abdominaux. J’ai poursuivi mon Training avec un circuit : 25 jumping jacks, 25 montées de genoux, 25 fentes arrière et 10 burpees, tout cela répété 3 fois. Si seulement je pouvais commencer chaque journée comme ça !

photo4

2ème stop du séjour : Railay Beach, dans la province de Krabi. Pour vous situer un peu, la province de Krabi abrite toutes les îles paradisiaques de la Thaïlande. La mer transparente, les palmiers, le sable fin… : tout ça, c’est à Krabi. Là-bas, on respire mieux qu’à Bangkok (ouf), et les températures atteignent sans trop de difficulté les 37 degrés.

photo5

Là-bas, j’ai pu réaliser un « rêve » : faire du yoga au bord de la mer. Je pensais que des cours seraient proposés sur la plage (imaginez au coucher du soleil, ça aurait été extra), mais assez étonnamment, je n’ai rien vu durant mon séjour. Cela ne m’a bien sûr pas arrêtée 😉 

photo6

Faute de maîtriser les enchaînements sur le bout des doigts, je n’ai pas fait une pleine session d’une heure mais j’ai opté pour la Salutation du soleil, qui consiste en un enchaînement de plusieurs postures de base, à répéter dans un sens puis dans l’autre. 

photo7

Autre session paradisiaque : un run sur la plage. Je n’avais jamais trop eu l’occasion de le faire jusqu’ici, même en France, donc c’était le moment idéal. Comme Railay est une toute petite île (on la traverse d’ouest à l’est en seulement 10 minutes à pied), c’était assez compliqué de faire une sortie de plus de 7km. Rien de fou donc, mais juste plusieurs aller-retour à bonne allure sur la plage, au coucher du soleil (mais toujours sous 28 degrés), pendant que les gens savouraient leurs cocktails et se demandaient sûrement pourquoi on s’inflige cela. Mais pour nous, c’était le pied !

photo8

3ème stop du séjour : Phuketun véritable paradis pour les accros du Training ! Il faut avouer que le cadre est idéal pour ça : on peut s’entraîner sur du plat près de la plage ou avec du dénivelé sur les collines, avec des paysages à couper le souffle. En plus, on mange sain à moindre prix, avec tous les fruits exotiques (mangue, ananas, pastèque, banane…) et le poisson frais. Pas surprenant donc que Phuket soit une destination phare pour les« fitness trips », autrement dit les séjours sportifs. Il en existe différentes sortes : de la version soft avec le « detox trip » qui comporte du yoga, du pilates et des menus ultra équilibrés, à la version plus hard avec le « training camp » qui propose des entraînements ultra intensifs plusieurs fois par jour.

photo9 photo10

Pas surprenant donc de voir régulièrement des personnes courir le long de la route, en plein soleil, avec parfois même un pneu géant derrière eux (sinon c’est trop facile !). On trouve aussi dans les pharmacies du coin un stock impressionnant de compléments alimentaires, très prisés là-bas. Certaines personnes participent à ces camps une ou plusieurs semaines, parfois plusieurs mois. Bref, Phuket ne blague pas avec le Training !

Je ne pouvais bien sûr pas rester là-bas sans tester au moins une session de l’un de ces « training camp ». J’ai opté pour le célèbre Tiger Muay Thaï, surtout connu pour ses cours de boxe thaïlandaise, dispensés aux champions venus du monde entier (mais aussi aux débutants, rassurez-vous). Le club comporte des rings, des sacs de frappe suspendus un peu partout et une zone de musculation et training. Un petit paradis 🙂

photo11 photo12

J’aurais voulu rester une semaine entière mais ce sera pour une prochaine fois ! Pour commencer, j’ai testé le cours de crosstraining un matin, qui réunissait une vingtaine de personnes, avec une majorité d’américains, et avec des niveaux assez variés. L’entraînement a débuté avec un échauffement de 10/15 minutes : 1 tour du camp en courant, des montées de genoux et talons fesses, quelques pompes, et un peu de musculation à la kettlebell (8kg pour ma part) avec 2x10 répétitions de chaque côté de shoulder press et windmills

photo14

Nous avons gardé la kettlebell pour la suite de l’entraînement, qui comportait des fentes arrières, des abdominaux, et encore des shoulder press et des windmills. Après 2 séries, il fallait terminer l’entraînement par 3 tours du camp en courant. J’avais un peu peur de ne pas être à la hauteur parmi ces fous du Training mais finalement, je m’en suis plutôt bien sortie ! J’ai adoré ce cours, mais j’aurais voulu que cela dure plus longtemps. J’ai continué avec des abdominaux, des pompes et du gainage. 

Dernier stop : Bangkok avant le grand. Pour terminer le séjour en beauté, j’ai testé le massage traditionnel thaïlandais. On m’avait prévenu que c’était assez « sportif » et on ne m’a pas menti. Pendant 60 minutes, elle a débloqué toute la pression dans les muscles et elle m’a fait craquer de partout. C’était parfois douloureux (surtout au niveau des cuisses), mais je suis ressortie de là avec une sensation de légèreté incomparable. Ca vaut tous les stretching du monde entier ! Je ferai prochainement un article sur les bienfaits du massage quand on s’entraîne, car je pense que c’est primordial pour se sentir bien et éviter les blessures.

photo15

Voilà, j’espère que cet article vous aura fait un peu voyager ! Pour ma part, c’était 2 semaines fabuleuses pour faire le plein d’énergie avant de reprendre les choses sérieuses 😉 Partagez votre avis ou vos expériences personnelles en commentaires de l’article !

C.