CrossFit Games 2018 : ce qu'il fallait retenir

Hi 🙂

Du 1er au 5 août, se tenait l’événement de l’année pour tous les adeptes de CrossFit : les CrossFit Games, à Madison, Wisconsin. J’ai suivi avec attention ce championnat qui a toujours le don de m’impressionner, autant pour ses épreuves aussi intenses qu’originales, soigneusement concoctées par le big boss du CrossFit Dave Castro, que pour ses athlètes vraiment épatants. Que vous soyez un adepte du CrossFit ou pas, vous devriez définitivement vous intéresser aux CrossFit Games, pour faire le plein d’inspiration et de motivation. D’autant plus que cette année, la France était particulièrement bien représentée avec, pour la toute première fois, un français parmi les élites Homme : Willy Georges. Alors que retenir des CrossFit Games 2018 ? J’ai posé la question à Myriam Hocquel, une Crossfiteuse passionnée qui a couvert l’intégralité des CrossFit Games à Madison pour CrossFit France.

Myriam_Hocquel

#1 La communauté française au rendez-vous !

Crossfit_Games_2018

 

Cette année était assez particulière pour la communauté française de CrossFit. Tout d’abord parce que nous étions représentés à trois reprises avec un élite Homme individuel (Willy Georges), un Master 35-39 ans (Alexandre Jolivet) et une équipe (CrossFit GaliléÔ). Nous avions aussi deux juges français pendant les Games !

Une cinquantaine de français avaient fait le déplacement pour les encourager et les soutenir, ce qui donnait une dimension très communautaire. Pour la première fois aux Games, une cérémonie d’ouverture avec portée de drapeau était organisée, ce qui montre aussi que le championnat s’internationalise et que certains pays, comme la France, font leur percée.

Nous avons profité du jeudi (jour off pendant la compétition pour les élites) pour nous rassembler et faire du paddle ensemble. Le dimanche, après la clôture, nous nous sommes tous retrouvés dans un bar pour célébrer ces 5 jours et féliciter nos athlètes.  C’était de beaux moments et cela prouve que la France a de beaux jours devant elle en CrossFit.

 

 

 

#2 Une première journée éprouvante

La première journée du championnat était particulièrement intense pour les athlètes. Certains athlètes habitués aux Games ont même précisé que c’était sans aucun doute la journée la plus dure de l’histoire des Games. Au programme, 4 épreuves :

– une épreuve de VTT avec 10 tours de 1200m. En coulisse, on entendait les athlètes s’inquiéter des potentielles chutes, qui pourraient les handicaper sur le reste du championnat. Et bien sûr, cela n’a pas loupé : on retiendra la chute de Patrick Vellner (2ème sur le podium), qui a d’ailleurs entraîné dans sa chute Matt Fraser (gagnant des Games pour la 3ème année consécutive). Rien de grave heureusement, mais cela aurait pu leur coûter cher au classement. Au final, ce sont le suisse Adrian Mundwiler chez les hommes (18min32) et la norvégienne Kristin Holte chez les femmes (20min) qui ont remporté cette épreuve.

– 30 muscle ups for time (c’est-à-dire le plus vite possible), une épreuve remportée par deux américains : Kristi Eramo (2min32) et Logan Collins (1min46)

– Crossfit Total, une épreuve de force par excellence avec du 1RM sur 3 mouvements : le back squat, le deadlift et le shoulder press. On retiendra le deadlift à 256kg de l’australien Royce Dunn et à 188kg par Tia Toomey.

– et enfin, le marathon (42,195km) au rameur avec un cap time de 4h. L’épreuve qui s’est jouée au mental (et aussi à la technique). Les gagnants sur cette épreuve sont le suisse Lukas Esslinger (2h43min50sec) et l’américaine Margaux Alvarez (3:00.42).

#3 Une épreuve inattendue : le Chaos

 

Pour la première fois aux Games, les athlètes participaient à une épreuve sans connaître son contenu à l’avance. Ils découvraient le contenu de l’épreuve au fur et à mesure en étant guidés par leurs juges. C’était hyper stressant pour eux car ils ne pouvaient pas vraiment mettre en place de stratégie, et définir l’intensité qu’ils devaient mettre dès le début. Mais c’était aussi une pression énorme pour les juges ! Au final l’épreuve était la suivante :

35 / 30-cal. SkiErg
30 / 25 burpees to bar
45 / 40 single-arm OHS, 50 / 35-lb. DB
40 / 45 single-leg squats
25 box jump-overs, 42 / 36-in. box
110-ft. tumbler pull, 400 / 300 lb.

Un WOD axé endurance, qui a été remporté par Katrin Davidsdottir (8min19) et Patrick Vellner (9min19)

 

#4 Une épreuve qui s’est jouée au mental : le marathon au rameur

 

Cette épreuve aura marqué les esprits ! 42,195km au rameur. C’est long et éprouvant, surtout après les 3 WOD qui précédaient. Ils avaient le droit de ramener à boire et à manger mais ne pouvaient pas écouter de musique. Quand j’ai demandé à Willy Georges à quoi il a pensé pendant tout ce temps, il m’a répondu : « un mélange entre « qu’est-ce que je fais ici », « ne lâche rien », « mais quelle idée », « tu peux le faire » »… Bref, exactement ce que les marathoniens doivent avoir en tête pendant leur course! On les aura vu gigoter sur leurs sièges, avoir quelques crampes, mais la prestation qui a ému la communauté de CrossFit est celle de la canadienne Alessandra Pichelli qui malgré les crampes, a terminé l’épreuve avant le cap time.

 

 

#5 La victoire du « French man »

 

Nous étions déjà fiers d’avoir autant d’athlètes français aux Games cette année, mais nous ne nous attendions pas à d’aussi belles performances ! Willy Georges nous a fait rêvé en terminant premier du BiCouplet 2 (12 / 9 / 6 répétitions de Snatches et Muscle-ups bar) en 3min03, aux côtés des athlètes les plus puissants du championnat. Personne ne l’a vu venir (ni même lui d’ailleurs) et soudain, les projecteurs étaient rivés sur lui.

 

 

Les américains se sont demandés qui pouvaient bien être ce « French man » qui parvenait à se glisser dans le top 10 du classement alors qu’il n’était que Rookie. Au final, Willy Georges termine 9ème, c’est juste énorme quand on sait qu’il peut encore développer beaucoup d’autres compétences (comme le Handstand Walk par exemple) et donc gagner très facilement des points au classement l’année prochaine.

 

#6 Le règne de Matt Fraser et Tia Toomey, mais des talents à surveiller de près

 

Ils nous impressionnent tant par leurs performances physiques que par leur mental. Cette année encore Matt Fraser et Tia Toomey ont remporté les CrossFit Games : la 3ème fois consécutive pour lui et la 2ème fois pour elle.

 

Leurs performances sont tout simplement incroyables, mais il faut aussi surveiller d’autres talents comme la hongroise Laura Horvaht qui se hisse à la seconde place du podium. Elle est très polyvalente et a la capacité de grimper sur la première marche du podium l’an prochain.

On constate aussi que le top 10 est moins dominé qu’avant par les Etats-Unis et le Canada et que de plus en plus d’athlètes européens en font partie. C’est hyper prometteur pour l’avenir !

Crossfit_Games_2018

Merci à Myriam pour ce compte-rendu et rendez-vous sur la chaîne Youtube des CrossFit Games pour revivre les moments forts du championnat.