Mes premières semaines de Personal Trainer

Hi 🙂

Si vous suivez le blog et notamment la websérie #MyTrainingDiary, vous savez certainement que j’ai fait le choix de me consacrer à ma passion et de me former au métier de Personal Trainer. Ca, c’était l’an dernier, en 2015, et c’est aujourd’hui un pari réussi (#youhou). Maintenant, place au concret. J’entame déjà ma 3ème semaine en tant que Personal Trainer et je tenais à vous raconter l’amorce de cette nouvelle vie, qui ne me fait en aucun cas regretter ma décision.

photo1

Le 11 janvier dernier, direction le parc Martin Luther King à Paris, pour donner mon tout premier coaching. Ce serait mentir d’affirmer n’avoir ressenti aucun stress ni aucune appréhension. Non, pour tout vous dire, je n’ai quasiment pas dormi la veille. J’étais impatiente et inquiète à la fois : c’était enfin le jour J mais allais-je être à la hauteur ? Les heures défilent jusqu’au moment de mon coaching puis nous y voici.

photo2

Finalement, c’est avec le sourire aux lèvres et le cœur léger que je ressors du parc, rassurée mais aussi fière d’avoir franchi ce cap important qui concrétise ma reconversion. J’ai compris que ça y est, c’était le début. J’adoptais un nouveau métier, et tous les codes qui vont avec : un nouveau rythme, une nouvelle tenue (tellement plus confortable), une nouvelle organisation (pas toujours simple)… On dit souvent qu’un travail reste un travail, mais je pense qu’il nous définit bien plus qu’on ne le pense. Et d’ailleurs, parmi les choses qui m’ont surprise, il y a la réaction (positive) des gens quand je leur annonce que je suis coach sportive. Avant, quand je disais travailler dans la communication, cela suscitait assez peu de réactions, mais maintenant c’est différent. Qu’il s’agisse d’un ami d’amis pendant une soirée, du conducteur de taxi, du serveur au Starbucks ou de mon banquier, tous ont ce petit sourire qui sonne, de mon point de vue, comme un “ah c’est cool”

photo3

Alors, quelles sont mes premières impressions ? Que retenir de ces toutes premières semaines ? 

Je commencerais par parler de cette incroyable dimension humaine. On peut aimer le sport et aimer s’entraîner, mais être coach sportif va au-delà de ça : il s’agit avant tout d’écouter et de transmettre. Cela implique d’observer, d’être attentif, de faire preuve de générosité et de bienveillance. Mes premiers clients ont tous des buts différents et je suis vraiment heureuse de pouvoir les aider à réaliser leurs projets. Se remettre en forme à quelques mois d’un mariage, se remuscler pour courir à terme un marathon, développer l’endurance pour réussir un concours d’entrée,… C’est passionnant de pouvoir définir un entraînement sur-mesure pour chacune de ces personnes, selon leur profil, leurs objectifs et leur niveau. Je ressors de chaque séance en me disant que j’ai fait quelque chose d’utile, quelque chose qui aidera une personne à rentrer chez elle plus confiante, reboostée et fière de ce qu’elle a accompli.

photo4

Mon autre ressenti après ces 3 premières semaines, c’est qu’il y a tellement de choses à apprendre ! Je ne passe pas une journée sans consulter une série d’articles ou regarder des vidéos qui peuvent enrichir mes connaissances. Si c’est un métier auquel il faut être formé sans l’ombre d’un doute, il nécessite aussi une grande curiosité et une envie d’apprendre sans cesse. Chaque nouveau programme d’entraînement m’oblige à approfondir un sujet, à creuser certaines notions ou à comparer des avis d’autres professionnels, pour me faire ma propre idée. J’aimerais prendre encore plus le temps pour me documenter mais ce temps me manque en ce moment (à quand les journées de 28h ?), alors je le fais un peu chaque jour, en touchant tous les sujets liés de près comme de loin au Training : musculation, étirements, anatomie, entraînement cardio-vasculaire, nutrition, psychologie… J’ai conscience d’avoir encore beaucoup.à apprendre (le contraire serait inquiétant) et j’ai ce besoin d’échanger avec d’autres professionnels qui, eux, exercent depuis quelques temps et ont tellement à me transmettre.

photo5

Après ces 3 premières semaines, on peut donc dire que le bilan est positif et encourageant : encore beaucoup de choses à développer, de projets à mener, et de connaissances à acquérir mais c’est plutôt bon signe. “So far So good” comme on dit.

Pour finir avec une séquence #émotions, je tiens à dire un grand merci à mes premiers clients qui m’ont fait confiance, je leur suis énormément reconnaissante !

C.