Vacances sportives au Mexique - 2ème partie

Hi 🙂

Je vous racontais dernièrement la première partie de mon périple au Mexique et la façon dont je conciliais vacances et préparation physique. Toute bonne chose ayant une fin, me revoici de retour en France, une tonne de beaux souvenirs en tête, en pleine forme et remplie d’énergie positive 😉 

Avant de reprendre les choses sérieuses, je vous raconte comme promis la suite et fin de mon voyage, histoire de prolonger un peu ce séjour magnifique avec vous.

photo1

Mon précédent article se terminait à Zipolite, ce petit village tranquille de pêcheur transformé en station balnéaire, néo-hippie et assez branchée. Après cela, nous nous sommes lancés dans un sacré périple et de (très très) longues heures de bus, de jour comme de nuit.

Premier stop : le Chiapas et la magnifique ville de San Cristobal de Las Casas, nichée à 2200m d’altitude, après 11h de bus de nuit. La ville a les mêmes airs que Oaxaca, avec toutes ses maisons colorées, ses marchés, ses longues rues et ses dénivelés. 

photo2 photo3

Nous ne restons qu’une nuit alors, dès lendemain, je mets mon réveil et je file pour un 13km, toujours avec ma panoplie : mon camelbak sur le dos pour m’hydrater régulièrement, mon smartphone et un peu d’argent « au cas où ». Dès 8h, il fait déjà chaud, et l’altitude ne m’aide pas à trouver mon souffle. Concrètement, j’ai galéré 😉 Mais je me suis accrochée et j’ai fini par apprécier mon run dans cette ville qui reste un de mes coups de cœur.

photo4

L’après-midi était tout aussi sportif en décidant au dernier moment de faire une sortie en VTT. La veille après le dîner, nous avions trouvé sur internet le contact de Marco, qui organise des randonnées et des sorties en VTT qui durent de 3 à 8 heures. 

photo5

Nous n’avions malheureusement pas tout ce temps devant nous mais nous avons quand même pu nous rendre dans un village maya perché dans les montagnes, à plus de 10km de San Cristobal. Mes cuisses ont savouré les jolies côtes, mais c’était un moment magique, de se retrouver là, Marco, mon copain et moi, au fin fond du Chiapas, les montagnes autour de nous, le calme qui règne. Vraiment un super moment.  

photo6

Le soir, nous quittons déjà San Cristobal pour nous rendre à Palenque et son célèbre site archéologique. Allez, c’est reparti pour 7h de bus de nuit (#youpi).

Arrivés à Palenque, petite forme pour moi et une météo pas vraiment au rendez-vous pour la toute première fois depuis le début du séjour. Mais cela n’a rien gâché aux vues incroyables sur le site. 

photo7 photo8

Après 3h de visite, et quelques marches grimpées, nous devons déjà repartir pour prendre un dernier (oui, le DERNIER) bus direction Mérida. Après toutes ces heures passées assise, j’ai l’impression que mon corps est en vrac et mes muscles tout emmêlés. Je profite de l’attente en gare de bus pour m’étirer : les mollets, les trapèzes, les quadriceps,… Tout y passe. 

Après 6h heures de bus, nous arrivons enfin à Mérida pour une nuit bien méritée… dans un lit. Le grand luxe ! On en avait rêvé. Manque de chance, j’ai été malade toute la nuit et mon état ne s’est pas vraiment amélioré le lendemain… Les risques du métier! Impossible de manger quoique ce soit (le comble) et vidée de toute énergie, nous avons visité Mérida en mode furtif, et je n’ai donc pas grand-chose à vous dire sur cette ville :S Moi qui programmait d’y faire ma deuxième sortie longue, cela n’a pas été possible. J’ai commencé à paniquer, en me disant que ma préparation était gâchée, que je ne pouvais pas me permettre de louper une sortie longue à 1 mois du marathon. Je voyais en plus sur Facebook et sur Instagram toutes les jolies performances de mon entourage de runners au semi-marathon de Paris, pendant que je n’étais même pas capable de marcher plus d’une heure. Heureusement que j’étais en parfaite compagnie à ce moment-là. « Ca va aller mieux dans quelques jours et tu pourras reprendre la course, ne t’en fais pas », « C’est quand même beaucoup moins embêtant qu’une blessure, tu ne penses pas ? », « Et tu n’es pas une athlète professionnelle, arrête de te mettre cette pression ». Il avait raison, et c’est donc ce que j’ai fait. R E P O S.

Le lendemain, ça va déjà un peu mieux et nous partons direction le Yucatan, et les ruines de Chichen Itza ! Et en voiture cette fois-ci, hors de question de prendre le bus une nouvelle fois, on a suffisamment donné 😉 La santé va mieux, le moral est de retour et le soleil aussi d’ailleurs. 

Les ruines de Chichen Itza sont jolies et encore différentes de Teotihuacan ou Palenque. Contrairement aux autres sites, on ne peut pas grimper en haut des pyramides, ce qui nous prive de la perspective incroyable que l’on avait eu perchés au sommet des autres pyramides, en plein désert ou en pleine jungle. 

photo9

Après la visite, nous reprenons la voiture pour nous rendre à notre tout dernier stop du séjour : Tulum. Traduction : la plage, le soleil, le sable fin, les fruits et le poisson frais… Bref, le paradis. On m’en avait dit tellement de bien que j’avais hâte d’y être et de passer 4 journées de farniente. Nous y avons loué une petite maison sur Airbnb, parfaite pour profiter à fond de notre séjour et vivre enfin à notre rythme: se préparer des petits déjeuners maison, se reposer dans le hamac,… 

photo10

Pour notre 1er jour à Tulum, nous avons bien sûr profité de la plage 🙂  

photo11 photo13

La santé étant meilleure, j’ai tenté un run en fin de journée mais j’ai dû me limiter à 5 petits km. Mon ventre était encore en vrac, et les sensations pas formidables. Grrg :S 

Le 2ème jour, j’y suis retournée au coucher du soleil pour un fractionné 8x400m, sur la longue route qui mène à la plage. Plus de douleurs, j’étais guérie, enfin ! Je pense que je n’ai jamais autant apprécié une session de fractionné.

photo14

Le 3ème jour, je me suis réveillée avec une pêche d’enfer. J’avais besoin de m’entraîner, et de rattraper ces quelques jours d’inactivité. Au réveil, j’ai cherché sur internet une salle de sport à proximité et bingo : la salle la plus fréquentée à Tulum était à 700m de notre maison. Après 15 jours sans entraînement en salle, j’ai fait un sacré Training, jambes / pecs / dos, et des abdominaux et fessiers pour finir en beauté. Ca fait un bien fou ! 

photo15

Après ça, nous nous sommes arrêtés dans un restaurant au bord de plage pour manger des tacos au poisson. C’était juste délicieux… J’en rêve encore!

photo16 photo17

Nous avons terminé la journée avec la visite d’un Cenote et nous en avons profité pour faire du snorkeling. Un vrai plaisir de se baigner dans un lieu aussi atypique, plongé dans l’obscurité et avec une eau d’un bleu incroyable.

photo18Le 4ème et dernier jour, j’avais prévu une sortie d’1h30, et je m’y suis tenue. Il faisait tellement chaud (30 degrés à l’ombre) mais peu importe, j’ai adoré courir dans un cadre aussi paradisiaque. Les sensations sont bonnes et je tiens un bon rythme (5’10) qui me permet de faire 16km

photo19

Après cette sortie, j’ai eu la meilleure récupération qu’il soit : farniente à la plage. Le soir, j’ai pu tester un cours de Yoga Vinyasa qui se trouvait à deux pas de la salle de sport. Un bien fou de s’étirer et de se détendre après ces vacances sportives.

Je suis donc rentrée sur Paris samedi après-midi, la peau bronzée et les jambes bien musclées après ces 91km courus au Mexique. Ces vacances étaient vraiment atypiques, et les plus sportives que je n’ai jamais eue. Cela aura nécessité un peu d’organisation, plusieurs réveils matinaux et une alimentation raisonnable (en limitant les desserts et les cocktails notamment), mais cela valait le coup. 

Dès mon retour ce week-end, j’ai repris la fameuse sortie longue du dimanche : 2h20, 24km, de très bonnes sensations et encore du jus à revendre à la fin. Ca fait plaisir 🙂 Comme quoi, le repos doit aussi faire partie de notre programme d’entraînement. 

photo20

J’espère que cet article vous aura plu et vous aura fait voyager à l’autre bout du monde 😉 Maintenant c’est la reprise, et je suis plus qu’heureuse de retrouver dès à présent ma petite routine, mes entraînements, mes clients qui m’avaient manqués !

C.