L'hiver arrive : 8 conseils pour rester au top

Hi 🙂

Changement d’horaire, baisse soudaine des températures, du vent, de la fatigue, moins d’ensoleillement… Aucun doute, l’hiver arrive et c’est bien connu, il nous rend plus fatigués et bien souvent… plus feignants 😉 On a plus de mal à mettre un pied dehors pour aller s’entraîner et on craque plus facilement pour des plats qui tiennent au corps ou pour des goûters réconfortants. C’est aussi une période chargée au travail pour la plupart d’entre nous, ce qui nous rend plus stressés et augmente notre fatigue mentale (celle dont il faut le plus se méfier selon moi). Alors pour rester au top de votre forme sportive cet automne et tout l’hiver, je vous livre 8 conseils, testés et approuvés. 

automne_clelia

1/ Continuer à se dépenser

Dur de se motiver à mettre un pied dehors pour s’entraîner quand il fait froid ou encore nuit mais pourtant, maintenir une activité physique régulière est la meilleure chose à faire pour rester en forme l’hiver. En effet, le sport permet de canaliser le stress et de booster notre système immunitaire. Je tombe beaucoup moins malade depuis que je m’entraîne et surtout, j’ai la pêche ! Alors même si vous devez vous faire violence, allez vous entraîner, vous ne le regretterez certainement pas.

2/ Passer du temps dehors

L’ensoleillement a considérablement diminué : adieu les réveils avec le soleil et les longues soirées d’été. Pour palier à ce manque de lumière, l’idéal reste de passer du temps en extérieur en journée et le week-end : en marchant sur votre pause déjeuner ou, si vous le pouvez, en calant votre entraînement le midi. Si j’adore courir au saut du lit l’été, c’est en fin de matinée que je prends le plus de plaisir à courir pendant l’hiver.

3/ Faire attention à son sommeil

Bien sûr, il faut veiller à la quantité et à la qualité de son sommeil toute l’année, mais cela devient d’autant plus important l’hiver. Quand on est fatigués, on est plus sensibles et plus irritables, on manque d’énergie, on a plus envie de grignoter et de manger sucré ou gras,… Bref, manquer de sommeil n’a rien de bon. Dès l’automne, on prend l’habitude de couper les écrans plus tôt que prévu pour aller se mettre au lit, lire, méditer, s’étirer, se masser… Si comme moi, vous vivez dans une grande ville avec un voisinage assez bruyant, n’hésitez pas à utiliser des boules Quies si nécessaire. Le matin, on prend 5 minutes pour se lever et s’étirer à nouveau.

4/ Manger correctement

Après le sommeil, vient l’alimentation. Ici aussi, bien manger ne dépend pas des saisons, mais une bonne alimentation en hiver peut faire toute la différence ! Vous aurez besoin des vitamines et des minéraux présents dans les légumes et les fruits de saison (et si possible bio) pour rester en forme. A l’automne et en hiver, on profite des légumes anciens comme le panais, le potimarron, la courge butternut… mais aussi des agrumes (oranges, clémentines…) remplis de vitamine C. On accompagne bien sûr les repas de féculents, de protéines en quantité suffisante et de (bons) lipides pour fournir à notre corps l’énergie nécessaire et permettre à nos muscles de récupérer correctement. L’alimentation est votre carburant alors ne la sous-estimez pas. Bien manger, ne veut pas dire manger uniquement des légumes (avis à ceux qui se contentent d’une petite soupe le soir), mais manger suffisamment et correctement.

5/ Bien s’équiper pour s’entraîner en extérieur

C’est un point indispensable si vous vous entraînez en extérieur. Nous en avons fait l’expérience l’hiver dernier, quand la neige tombait pendant plusieurs jours et que les températures étaient régulièrement négatives. Il ne suffit pas de superposer les couches, mais il faut avant tout avoir des matières respirantes, dites techniques. Il est aussi important de couvrir des zones stratégiques, comme la tête, les mains et les pieds. Pensez aussi à vous ravitailler pendant vos sorties (surtout si elles durent plus d’une heure), en vous hydratant grâce à une gourde ou à un camelbak et en prenant des fruits secs, des gels, des barres… Une bonne gestion de vos apports pendant vos sorties gardera votre corps performant et limitera également le risque de blessures (souvent à cause d’une importante déshydratation).

View this post on Instagram

RUNNING THERAPY 👌 Le Running, c’est bien plus qu’un dossard, un chrono, une médaille. Je m’en suis rappelée cet après-midi quand mon copain m’a dit, en me voyant partir pour mon run : « profite simplement, cours pour te faire du bien ». Cela m’a rappelé pourquoi je courais vraiment, depuis 5 ans maintenant. Malgré les hauts et les bas, la course à pied a toujours représenté pour moi : 1️⃣ une incroyable sensation d’évasion et de liberté 2️⃣ l’opportunité de passer du temps seule, de penser calmement, de faire le vide (oui, je suis une runneuse solitaire 🙈) 3️⃣ une communauté hyper active et solidaire 4️⃣ une sensation de bien-être incomparable après chaque run (endorphines 💛) 5️⃣ le plaisir de sentir le souffle et le cœur s’emballer (on se sent tellement vivant dans ces moments là !) 6️⃣ un excellent moyen d’améliorer ma condition physique générale, et notamment mon endurance cardio-respiratoire (la base 👌) 7️⃣ un anti-stress inégalable 8️⃣ des tonnes de souvenirs et de paysages 9️⃣ une façon de prendre confiance et de m’accomplir 🔟 une addiction 😍 Et vous? #mytrainingdiary #running #runningsmart #mytrainingtrip #runneuse

A post shared by Clélia – My training diary (@trainingdiaryblog) on

6/ Apprendre à modérer l’intensité quand nécessaire 

Vous ne comprenez pas : depuis quelques jours, vous n’avez plus de force, vous vous sentez lourd, vous ne performez plus aussi bien qu’avant. C’est sûrement que votre corps a besoin de faire un break. J’ai expérimenté cette sensation à plusieurs reprises quand je pratiquais le Crossfit : à force de lui en demander toujours plus, mon corps n’arrivait plus à encaisser l’intensité de chaque entraînement. Je finissais par sous-performer et subir les entraînements. Bien sûr, après cela, je ressentais des tensions et des douleurs au genou ou à l’épaule. Aujourd’hui, j’ai appris à réduire l’intensité de mes entraînements sans attendre l’épuisement, notamment quand je suis fatiguée ou stressée. Ce n’est pas simple mais sur le moyen terme, cela semble porter ses fruits.

7/ Se fixer des objectifs

Personnellement, je ne peux pas rester motivée sans objectifs. Attention, je ne parle pas de se fixer l’objectif sportif de l’année (surtout si vous manquez de temps et d’énergie) mais cela peut être le fait de commencer un nouveau sport, de vous améliorer sur un point spécifique,… Ces objectifs vous permettront de donner du sens à vos entraînements et de vous concentrer sur des faits précis. Et s’ils ne sont pas en rapport avec le sport, cela peut aussi être un objectif professionnel ou personnel. Bref, plus vous donnerez du sens à votre quotidien, plus il sera motivant de vous lever le matin, peu importe la saison 😉

8/ Apprender à déceler le stress et à se relaxer

Je le disais au début de cet article : rien de pire que la fatigue mentale ! Le plus dur reste encore de la déceler. Pour ma part, j’ai appris à repérer certains « symptômes » provoqués par le stress : problèmes de digestion, sensibilité, fatigue, bruxisme… L’angoisse ! Depuis, je veille à prendre soin de moi régulièrement, à me relaxer, à prendre le temps de respirer, à faire une pause dans ce quotidien de fou. Le yoga m’aide mais ce n’est pas tout : je me relaxe aussi en cuisinant, en mettant mon portable sur silencieux pendant une journée entière, en voyant mes proches,… Même si cela ne dure parfois qu’une heure, cela me rebooste toujours et me permet de prendre du recul par rapport au travail ou à tout autre sujet stressant du moment.

Allez, on se sert une grande tasse de thé, on respire profondément, l’hiver va nous amener plein de choses positives !

C.