Nouveau départ... en Australie

Hi 🙂

Je l’annonçais en décembre sur mes réseaux sociaux et à mon entourage : je pars vivre en Australie à partir de fin février. Même si je n’en avais jamais parlé sur le blog, ce projet de partir vivre à l’étranger existe depuis bien longtemps mais je ne trouvais pas le parfait timing pour moi, ou plus précisément pour nous (et oui, car je ne pars pas seule mais avec ma moitié). Vous le savez si vous me suivez, mais le sport et le voyage sont mes deux passions. Et cela s’illustre plutôt bien à travers les guides touristiques sportifs « My Training Trip » que j’ai lancés et les séjours sportifs que j’organise. Mais l’année 2018 a tellement été complexe pour tous les deux que l’on a finalement décidé de se lancer et de faire notre demande de Working Holiday Visa pour partir en Australie, au moins 6 mois.

Beaucoup de personnes me demandent si ce voyage sera l’occasion d’écrire un quatrième guide « My Training Trip » ou si je prévois de développer mon activité de coach sportive là-bas, mais contre toute attente, je n’ai pas de grands projets à vous annoncer. Non, car mon véritable projet à travers cette expérience à l’autre bout du monde, c’est avant tout de me retrouver, de reconnecter avec moi-même, de faire le point pour mieux repartir. Cela peut paraître surprenant mais c’est vraiment ce dont j’ai besoin actuellement.

Clelia_MyTrainingdiary

Il faut dire que je n’ai pas chômé depuis ma reconversion : entre les coachings, les projets pour le blog, les défis sportifs, mon travail de freelance en communication… il n’y avait plus vraiment de place pour ma vie privée. Et puis il y a eu l’année 2018, qui n’a pas été une des meilleures dans les archives. J’ai découvert une facette du secteur du fitness, ce secteur qui me fascinait tant quelques années plus tôt et qui, soudain, montre une image beaucoup moins fair play, beaucoup moins ouverte, beaucoup moins bienveillante. Je n’étalerai pas toute cette histoire ici (même si l’envie me prend au moins 3 fois par semaine depuis plus d’un an) parce que 1/ je déteste les commérages 2/ j’ai besoin de tourner la page et d’avancer. Mais disons qu’avoir un parcours différent et un profil moins conventionnel que les autres coachs en France n’a pas plu à tout le monde 😉 Sans parler du fait d’être une fille et de tenir un blog. D’un coup, on devient une imposture aux yeux de certains ! On ne peut pas plaire à tout le monde comme on dit…

View this post on Instagram

STRONGER TODAY 💥 Le secteur du Fitness. Déjà 2 ans et demi qu’il fait partie de mon quotidien. J’y suis entrée pleine d’optimisme, d’énergie, de passion et certainement aussi d’innocence et de naïveté. Je voulais valoriser ce secteur, et plus précisément ce métier de coach, à travers mes articles sur mon blog et à travers l’énergie que je pouvais dégager. J’étais (et suis toujours) soucieuse d’apprendre, de comprendre, d’échanger, de partager… avec d’autres professionnels (de tous horizons et à travers le monde) pour enrichir mes connaissances et me construire une culture professionnelle. Cela s’est fait progressivement, au quotidien, au fil des rencontres et au fil des expériences. J’ai fait pas mal de concessions (personnelles, professionnelles et financières) pour en arriver là et être prise au sérieux, mais je n’ai jamais regretté mes choix tellement ils me portaient et m’apportaient au quotidien. Puis subitement au cours de cette année, j’ai dû descendre de mon petit nuage en découvrant que ce secteur avait aussi une face plus obscure, avec des professionnels frustrés, d’autres blasés, certains beaucoup trop fermés d’esprit ou avec un ego démesuré. Qu’il y avait dans notre pays 🇫🇷 une part de non-sens, qui selon moi freine le développement du secteur du Fitness et bloque l’innovation. Je ne m’étalerai pas sur le sujet mais on peut dire que tout cela m’a bien impacté, moralement et physiquement. Pour la première fois, je me suis demandée si j’avais vraiment pris la bonne décision, si j’étais crédible et légitime… toutes ces questions qui vous hantent, qui vous font perdre l’équilibre et la confiance en soi avec. Heureusement que j’ai pu me nourrir de l’énergie positive qui m’entoure (#merci). Je peux aujourd’hui dire que cette grosse épine m’a rendu plus forte et m’a obligée à me poser les bonnes questions. « Que veux-tu vraiment faire de ta vie ? », « Quelles actions veux-tu mettre en place dans le Fitness? ». J’ai aujourd’hui la réponse à mes questions, et je peux vous assurer, très fièrement, que tout cela n’est que le début et que le meilleur reste à venir 🙌 Hâte d’en dire plus 🤐

A post shared by Clélia – My training diary (@trainingdiaryblog) on

Mais en toute franchise, à cause de cette mauvaise phase, j’ai failli tout arrêter, tout plaquer pour retourner travailler en agence de communication avec un CDI confortable où je pourrai enfin bien gagner ma vie. Mais cela aurait voulu dire revenir en arrière, et leur donner raison. JAMAIS. A la place, j’ai serré les dents (et rester silencieuse quand je bouillais intérieurement) et j’ai dû passer des formations complémentaires (en plus de tout le travail que j’avais déjà). J’ai perdu de l’argent, j’ai perdu du temps, j’ai perdu confiance et pire que tout : je me suis perdue en chemin. Est-ce que je dois vraiment continuer à poursuivre mes efforts pour faire de My Training Diary bien plus qu’un blog mais une entreprise au service des passionnés du Fitness ? Est-ce que je suis légitime en tant que coach ? Est-ce que mes efforts vont finir par payer ? Est-ce que je vais réussir un jour ? Voilà mon état d’esprit au cours de l’année 2018… pas vraiment le top.

View this post on Instagram

HARD TIMES ✨ On a beau partager beaucoup sur Instagram, on ne peut / doit pas pour autant se confier sur tout. Même si on continue de sourire et on garde la tête haute en public, il y a forcément des périodes de moins bien, des événements qui nous plombent le moral, des pensées négatives qui nous minent, des personnes qui nous nuisent. Dans ces moments-là, on aimerait fermer les yeux un instant et se volatiliser, pour faire le vide. C’était mon cas ces derniers mois, et la plus grosse frustration a été de ne pas pouvoir m’exprimer, de ne pas recevoir votre soutien, de ne pas lire vos messages toujours reboostant ✌️ J’ai appris à prendre sur moi, à prendre du recul, à ralentir parfois le rythme, à être à l’écoute de mes besoins, à être moins intransigeante sur tout, à me réfugier dans des moments de bonheur simple, à me rapprocher des personnes remplies d’énergie positive… Bref, à faire la paix avec moi-même pour voir le verre à moitié plein. Plein de good vibes à toutes les personnes qui pourraient vivre une période similaire actuellement, peu importe la raison (ne baissez jamais les bras), et un énorme merci à tous ceux qui rendent la vie plus agréable et m’aident à voir les choses du bon côté (sur Instagram et dans la « vraie » vie). 💛 #mytrainingdiary #peace✌️ #thisislife #staypositive

A post shared by Clélia – My training diary (@trainingdiaryblog) on

Heureusement, j’ai pu compter sur mon entourage, sur mes clients (aujourd’hui des amis) et sur ma communauté bienveillante et encourageante (merci <3). Chaque commentaire et message positif reçu me prouvait que j’étais à ma place et que je la méritais. Il aura fallu attendre l’été 2018 pour vraiment reprendre confiance et oser de nouveau. Oser recourir un semi-marathon (le 1er en 2 ans) ; oser entreprendre avec la sortie de mes guides My Training Trip qui m’ont valu de belles retombées sur Ouest France, TéléMatin et même le Parisien ; et enfin oser poursuivre mes rêves avec la préparation de ce départ à l’étranger.

Bien sûr, je vais m’entraîner comme une folle là-bas, tester les nombreuses salles incroyables à Sydney, Melbourne et Brisbane (que j’ai déjà listées), découvrir de nouveaux cours, me perfectionner physiquement, passer des formations pour enrichir mes connaissances et mon parcours de coach… et je partagerai toujours ces aventures avec vous sur le blog (pourquoi pas à travers des vlogs ?).

Mais avant tout, cette expérience sera l’occasion de prendre du recul et de retrouver cette flamme et ce bagout des débuts de My Training Diary.

Départ officiellement le 26 février et j’ai déjà hâte de vous faire voyager, à votre tour, à travers mon blog et mon compte Instagram.

Clélia