Comprendre le syndrome de Ménière : causes, symptômes et traitement de ce trouble de l’équilibre

Il vous arrive de ressentir fréquemment un bref vertige lorsque vous vous retournez dans le lit, en vous levant, ou même lorsque vous vous abaissez pour saisir quelque chose par terre ? Si oui, il s’agit des manifestations les plus connues du syndrome de Ménière, et il est donc fort probable que vous développiez cette maladie. Ici, vous découvrirez en profondeur le syndrome de Ménière, de même que ses causes, ses manifestations et les traitements disponibles pour soulager cette pathologie.

Focus sur le syndrome de Ménière

Le syndrome de Ménière ou la maladie de Ménière est une affection chronique liée au mauvais fonctionnement de l’équilibre pressionnelle sur les liquides de l’oreille dite interne, affectant du coup l’organe de l’équilibre. C’est une maladie chronique plutôt difficile à diagnostiquer, à laquelle sont exposées les personnes âgées de 20 à 50 ans, avec une prévalence plus accrue chez les individus de sexe féminin.

Qu’est-ce qui peut provoquer la maladie de Ménière ?

En présentant pour la toute première fois cette affection au XIXe siècle, Prosper Ménière (dont il tient le nom) l’a reliée à une augmentation anormale de liquide endolymphatique, ce qui provoque un déséquilibre pressionnel dans l’oreille interne. Toutefois, il faut dire que les réelles causes de cette affection restent encore inconnues à ce jour.

À la date d’aujourd’hui, il existe encore des incertitudes sur les causes de cette maladie, et l’on nourrit encore plusieurs hypothèses à son sujet. Selon certaines théories qui restent encore à prouver, la maladie Ménière pourrait également être d’origine virale, auto-immune ou même génétique.

Lisez aussi :  Comment maigrir des cuisses et du ventre ?

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

En dépit de l’incertitude qui entoure les causes de cette maladie chronique qui touche l’organe de l’équilibre, ses manifestations ou symptômes sont bien connus. Dans la plupart des cas, les crises de la maladie de Ménière se manifestent par divers symptômes, notamment :

  • La perte d’équilibre et une sensation de tête qui tourne ;
  • Un vertige sporadique et répétitif qui peut s’accompagner de vertige ou de nausée ;
  • Les acouphènes et une impression de plénitude ou une pression trop forte dans l’oreille touchée ;
  • Une fluctuation de l’audition neurosensorielle et la baisse de la perception des fréquences sonores de faible intensité telle que les voyelles, ce qui peut conduire à la perte de l’audition au fil du temps si rien n’est fait.

Notons que ces symptômes peuvent s’accompagner de fièvre, de diarrhée, et d’une perte de l’équilibre pendant la marche. Par ailleurs, ces crises sont plutôt de courte durée au début, mais avec le temps, ils peuvent durer plus longtemps : jusqu’à 12 heures ou 24 heures selon la gravité de la maladie.

Comment soigner le syndrome de Ménière ?

À la date d’aujourd’hui, plusieurs traitements sont disponibles pour lutter contre le trouble de l’équilibre de l’oreille interne. Des médicaments tels que la betahistine ou l’acétylleucine et l’antihistaminique méclozine sont associés aux antiémétiques et aux anxiolytiques pour calmer le vertige et le vomissement, et soulager la crise. En plus de cela, les diurétiques et les corticoïdes sont utilisés pour stabiliser la pression dans l’oreille par régularisation du liquide endolymphatique.

Lisez aussi :  Comment prendre du poids ?

Si vous ne retrouvez toujours pas votre état normal de santé, vous devrez consulter un kinésithérapeute professionnel pour une rééducation vestibulaire. Par ailleurs, si la maladie est déjà à un stade trop avancé, une opération chirurgicale s’imposera pour évacuer plus rapidement le surplus de liquide endolymphatique.

Enfin, la maladie de Ménière est une pathologie inconfortable qui peut s’avérer très dangereuse du fait du caractère imprévisible des symptômes, notamment les vertiges. Il est donc préférable de la prévenir à travers de petits gestes qui sauvent, comme entre autres :

  • Une activité sportive régulière ;
  • Des exercices réguliers de yoga ou de sophrologie ;

Une alimentation et une hygiène de vie saines et bien soignées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *